Avis important

Circuit Gilles-Villeneuve

Veuillez noter que le samedi 1er octobre 2016, dans le cadre de l'événement The Color Run by Night, le circuit Gilles-Villeneuve sera fermé aux véhicules et aux cyclistes de 17 h à minuit. Merci de votre compréhension.

Ralentissements sur la piste cyclable de la digue de la Voie maritime

Il y aura des ralentissements occasionnels à prévoir cet automne sur la piste cyclable de la digue de la Voie maritime à la hauteur du nouveau pont Champlain.

Plus de renseignements

ENEnglish $Billets 2Avis
Parc Jean-Drapeau
Le Bassin olympique et les Jeux olympiques de Montréal
Le Bassin olympique et les Jeux olympiques de Montréal

Le Bassin olympique et les Jeux olympiques de Montréal

17 juillet au 1er août 1976


C'est le 12 mai 1970 que le Comité international olympique a annoncé que Montréal (et son maire Jean Drapeau) serait l'hôte des Jeux olympiques.

Les Jeux ont eu lieu du 17 juillet au 1er août 1976. Ce sont 92 nations, 6 084 athlètes, 2 661 accompagnateurs, 3 195 170 spectateurs et 1 milliard de téléspectateurs qui ont visionné les 198 épreuves des 21 sports olympiques.

Fait intéressant : c'était la première présence des femmes en basketball, en handball et en aviron, ce dernier ayant lieu au Bassin olympique du parc Jean-Drapeau!

Partager sur les médias sociaux :

Le maire de Montréal, Jean Drapeau, le 12 mai 1970 à l'annonce du Comité international olympique

Crédit : Archives de la Ville de Montréal (VM94-E2605)





La mascotte Amik le castor

La mascotte des Jeux olympiques de Montréal, Amik le castor.
Crédit : Comité olympique canadien (COC)

Logo des Jeux de la XXIe Olympiade

Le logo des Jeux de la XXIe Olympiade - Montréal 1976.
Crédit : Comité olympique canadien (COC)

Bassin olympique, Montréal 1976

Le Bassin olympique, pendant les épreuves de canoë
Crédit : Comité olympique canadien (COC)

Bassin Olympique

Le Bassin olympique a été aménagé afin de servir aux compétitions de canoë et d'aviron pendant les Jeux olympiques de 1976 à Montréal. Il s'étend sur 2,2 km de longueur, 110 m de largeur et 2,5 m de profondeur, conformes aux exigences des fédérations sportives internationales. Encore aujourd'hui, il demeure le plus grand bassin artificiel pour l'aviron en Amérique du Nord.

Pour son aménagement et celui des hangars qui abritaient les canoës, certains Pavillons de l'Exposition universelle de 1967 ont dû être démolis, notamment les Pavillons de l'Allemagne, de l'Australie, de la Birmanie, de l'Inde, du Mexique et de la Thaïlande. Ainsi, neuf ans après l'Expo, le parc Jean-Drapeau a reçu une fois le plus le monde entier sur son site.

L'excavation du Bassin a été complétée en octobre 1974 - près de 1 100 km de terre et de roc ont été extraites, puis utilisés pour aménager les bords mêmes du Bassin.

Construction du Bassin olympique, Montréal, 1974

Construction du Bassin olympique
Crédit : Archives de la Ville de Montréal (VM94-B164-104)

Quartier des athlètes

Le Quartier des athlètes, construit pour l'occasion, servait de lieu d'entraînement pour les Olympiens. Plusieurs locaux dont une grande cafétéria, des vestiaires, une salle d'équipement, un bac à ramer pour l'aviron et un bac à ramer pour le canoë étaient mis à leurs dispositions. D'ailleurs, ces équipements uniques sont encore présents aujourd'hui et des réfections majeures ont été complétées en 2016, coïncidant avec le 40e anniversaire. Fait intéressant, le Quartier des athlètes est un centre des plus complets en termes d'équipement (ergomètres, salles de musculations, bacs à ramer) pour l'ensemble des sports desservis au Bassin olympique!

L'ensemble des bâtiments entourant le Bassin olympique a été construit par la Ville de Montréal, sous la direction du service des travaux publics.

Sur le site du parc Jean-Drapeau pendant les Jeux

Pour se rendre au Bassin olympique, les spectateurs prenaient le métro, puis marchaient pour traverser le pont du Cosmos. Seuls les dignitaires, les athlètes, les entraîneurs, les médias et quelques personnes accréditées pouvaient se rendre en voiture via le pont de la Concorde.

Les gradins permanents pouvaient recevoir 3 000 personnes et des gradins temporaires, installés pour l'occasion, recevaient 7 000 personnes. Quelque 20 000 personnes supplémentaires pouvaient prendre place, assises et debout, le long du Bassin. Un total de 30 000 personnes!

Les juges étaient situés à 45 pieds de hauteur dans la tour d'arrivée, tout comme la régie du son et les appareils de chronométrage.

Aviron (18 au 25 juillet 1976)

Les compétitions d'aviron se sont déroulées du 18 au 25 juillet 1976. Les femmes ont d'ailleurs pu participé à de nombreuses épreuves pour la première fois dans l'histoire olympienne : quatre rameuses en pointe avec barreuse, deux rameuses en pointe sans barreuse, une rameuse, quatre rameuses en couple avec barreuse et huit rameuses en pointe avec barreuse. Les gagnants de la grande majorité des épreuves masculines et féminines ont été les Allemands (Allemagne de l'Est).

L'épreuve d'aviron en 1976 à Montréal
Crédit : Comité olympique canadien (COC)

Canoë (28 au 31 juillet 1976)

Depuis la première compétition officielle aux Olympiques de Berlin en 1936, le canoë gagne en popularité chaque année, tout comme son nombre d'adeptes. Les compétitions de canoë aux Jeux olympiques de Montréal se sont déroulées du 28 au 31 juillet 1976. Les gagnants de ces épreuves représentaient aux Jeux de 1976 surtout les pays européens : Union soviétique, Allemagne de l'Est, Roumanie, Yougoslavie, Hongrie. Le Canadien John Wood a cependant remporté la médaille d'argent dans la catégorie 500 mètres canoë monoplace hommes.

L'épreuve de canoë-kayak en 1976 à Montréal
Crédit : Comité olympique canadien (COC)


Page couverture des programmes d'aviron et de canoë, 1976

Page couverture des programmes d'aviron et de canoë
Crédit : Comité olympique canadien (COC)

Aviron et canoë-kayak en 1976 à Montréal

Les épreuves d'aviron et de canoë-kayak en 1976 à Montréal
Crédit : Comité olympique canadien (COC)

John Wood, médaillé d'argent au 500 mètres canoë monoplace hommes

John Wood, montrant fièrement sa médaille d'argent remportée lors du 500 mètres canoë monoplace hommes
Crédit : Dick Loek / Toronto Star File photo



Merci à nos partenaires!