Principes et concept d'aménagement

Société du parc Jean-Drapeau Plan directeur

Le diagnostic physique et l'état des lieux du territoire des îles Sainte-Hélène et Notre-Dame ont permis de tirer de grands constats qui reflètent les différentes observations sur l'état actuel du parc Jean-Drapeau et mettent en lumière les principaux problèmes et défis en ce qui concerne son avenir.

Les quatre grands constats énoncés dans ce chapitre ont servi de base au travail de réflexion qui a mené à l'élaboration de sept principes d'aménagement. Accompagnés d'actions, ces principes sont liés aux quatre thématiques du diagnostic physique et servent de lignes directrices aux propositions du Plan directeur de conservation, d'aménagement et de développement du parc Jean-Drapeau 2020-2030.

4 grands constats

Contexte et histoire

Sous-valorisation des paysages du parc : Le caractère insulaire unique du parc Jean-Drapeau n'est pas mis en valeur, tout comme la plupart des legs construits qui constituent son héritage patrimonial.

Écosystèmes

Fragmentation des écosystèmes : Les îles du Parc abritent de riches écosystèmes liés à la présence d'une grande diversité végétale et à l'omniprésence de l'eau. Cependant, leur fragmentation par les nombreuses routes et infrastructures empêche la concrétisation du fort potentiel de corridors écologiques.

Programmation

Trop forte empreinte évènementielle : La trop grande importance donnée à la vocation évènementielle nuit à l'expérience actuelle de parc public et occasionne de nombreux désagréments pour les usagers. Ces perturbations sont attribuables aux longues périodes de montage et de démontage, aux vastes espaces d'entreposage, à la circulation de nombreux véhicules, aux clôtures permanentes et à la présence de nombreux espaces vacants.

Mobilité et expériences

Trop forte présence de l'automobile : L'offre actuelle de mobilité n'est pas adaptée à l'échelle du Parc. Elle favorise l'automobile au détriment des transports actifs et alternatifs, ce qui explique la prolifération d'espaces de stationnement sur l'ensemble des deux îles. La place prédominante de l'automobile nuit à l'expérience des usagers.

Principes et actions d'aménagement

Les 7 principes d'aménagement sont un ensemble de règles définissant une manière de penser et d'agir sur le territoire qui influence tout geste d'aménagement. Ces lignes directrices d'intervention répondent aux principaux problèmes et défis soulevés par le diagnostic physique et par l'état des lieux.

Principe 01

Positionner le Parc à l'échelle métropolitaine et régionale

Principe 02

Célébrer le caractère insulaire du Parc

Principe 03

Mettre en valeur le riche héritage patrimonial

Principe 04

Mettre en valeur les paysages aquatiques et leurs écosystèmes

Principe 05

Favoriser la diversité et la connectivité des écosystèmes

Principe 06

Assurer le continuum d'expériences paysagères du Parc

Principe 07

Miser sur les expériences de mobilité pour découvrir le Parc

Concepts d'aménagement

L'élaboration des principes d'aménagement a permis de concrétiser trois grands gestes d'aménagement destinés à la fois à répondre aux problèmes qui se posent à l'échelle des deux îles et à en exploiter le plein potentiel. Ensemble, ces trois grands gestes constituent le concept d'aménagement.

Célébration du grand parc insulaire Jean-Drapeau grâce à la consolidation de ses rives et du coeur des îles Sainte-Hélène et Notre-Dame.

La liaison des coeurs des deux îles

Grâce à ce grand geste d'aménagement, les coeurs des îles sont reliés entre eux par de nouveaux paysages. La mise en valeur du coeur des deux îles au moyen de travaux d'aménagement et de conservation a permis de faire rayonner leurs qualités exceptionnelles et de les mettre à l'avant-plan comme centres historiques, patrimoniaux et écologiques du Parc.

La création d'un corridor écologique entre ces noyaux de biodiversité, où la faune et la flore sont particulièrement abondantes, est un geste fort qui montre la volonté de restaurer la connectivité des écosystèmes au sein du Parc. Par ce geste, les interrelations entre le mont Boullé et le secteur des canaux sont complètement redéfinies.

La promenade riveraine

La promenade riveraine consolide le parcours des rives sur les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame en offrant un circuit continu sur 15 kilomètres. Elle permet de découvrir les paysages des rives ainsi que les panoramas sur le fleuve Saint-Laurent et même au-delà.

En passant par la passerelle du Cosmos et le pont de l'Expo-Express, l'emprise de la promenade affirme la présence du chenal Le Moyne et multiplie les liens matériels et immatériels entre les deux îles. Là où la chose était possible, des descentes ont été aménagées afin d'offrir un contact direct avec l'eau, renforçant par le fait même la relation entre le fleuve et les îles.

Les attaches entre les rives et les coeurs

Ce grand geste d'aménagement est intimement lié à l'expérience de la promenade riveraine ainsi qu'à celle des centres historiques et écologiques du Parc. Les attaches comprennent une déclinaison d'objets paysagers qui permettent de décloisonner et de relier les paysages enclavés tout en offrant une expérience unique de l'identité du Parc.

Cette série de liens ponctuels et continus répartis sur les deux îles offre un nouveau regard sur des trésors oubliés et sur les paysages du fleuve tout en créant de nouveaux dialogues entre des ensembles autrefois isolés. De plus, ces attaches permettent la connexion écologique des habitats intérieurs avec les milieux riverains et avec le fleuve.