Vibrez 150 ans avec nous!

Le Parc au fil du temps

Société du parc Jean-Drapeau Humainement spectaculaire!

Le parc Jean-Drapeau est bien plus qu'un simple parc; c'est une toile vivante qui tisse les fils de l'histoire, de la culture et de l'innovation. Partie intégrante de l'ADN de Montréal, son récit va bien au-delà des 150 dernières années.

En effet, la découverte de divers artefacts révèle que l'île Sainte-Hélène a d'abord été fréquentée par les Iroquoiens du Saint-Laurent. En 1611, explorant les environs, Samuel de Champlain nomme l'île Sainte-Hélène en hommage à sa femme, Hélène Boullé. Successivement détenue par la famille Le Moyne, puis occupée par les Britanniques en tant que complexe militaire, l'île devient finalement la propriété du gouvernement fédéral après la Confédération canadienne et le retrait de l'armée, ce qui donne lieu à des discussions entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Canada pour en faire un lieu public.

En l'honneur de son 150e anniversaire, nous vous invitons à plonger dans l'histoire du Parc depuis sa création en 1874. À travers cette ligne du temps, découvrez une trame riche en émotions et en anecdotes, étroitement liée à l'histoire des Montréalais, des Montréalaises et de tous ceux qui ont déjà vibré au Parc.

1874

Un parc pour tous

L'île Sainte-Hélène devient le premier parc municipal d'envergure consacré à la détente et au loisir. Jouissant d'un cadre naturel exceptionnel au milieu du fleuve Saint-Laurent, le Parc est fréquenté par des promeneurs, des clubs de raquettes et de ski, ainsi qu'un club de natation.

Son ouverture est célébrée en grand le lendemain de la fête de la Saint-Jean-Baptiste, le 25 juin 1874. Une foule de plus de six mille personnes assiste à un spectaculaire concert en formule pique-nique!

Jusqu'à l'inauguration du pont Jacques-Cartier en 1930, les visiteurs doivent s'y rendre en bateau à vapeur.

1936 à 1963

Les grands travaux

À la suite de l'inauguration du pont Jacques-Cartier, l'architecte-paysagiste Frederick Gage Todd élabore le premier grand plan d'aménagement du Parc. Le projet comprend la restauration des installations militaires, la construction du pavillon des Baigneurs, du restaurant Hélène-de-Champlain et de la tour de Lévis, qui abrite un château d'eau. La plaine des Jeux est également aménagée pour accueillir de grands pique-niques et des compétitions sportives.

Au tournant des années 1950, le Parc affirme sa vocation culturelle avec l'ouverture d'un musée militaire dans l'enceinte du fort et d'un théâtre dans l'ancienne poudrière, en plus de la tenue d'expositions d'arts dans le restaurant Hélène-de-Champlain.

Les travaux d'aménagement sont réalisés durant la Grande dépression par plus de 1 000 chômeurs.

1967

Une fenêtre sur le monde

Montréal est l'hôte de l'Exposition universelle et internationale, appelée communément l'Expo 67, qui offre une vitrine exceptionnelle aux idées novatrices en mettant de l'avant le savoir-faire des participants.

Ayant pour thème « Terre des Hommes », l'évènement accueille 62 nations, près de 100 pavillons thématiques et plus de 50 millions de visiteurs en 6 mois : un triomphe qui propulse Montréal sur la scène internationale.

Saviez-vous qu'en vue de l'Expo 67, les îles du fleuve Saint-Laurent ont été agrandies et remodelées en utilisant la terre provenant du dragage du fleuve et de l'excavation du métro? La Ronde est ainsi créée par l'agrandissement de l'île Sainte-Hélène.

Plusieurs pavillons de l'Expo sont toujours présents au Parc, dont celui du Canada, du Québec, de la France, des États-Unis, de la Jamaïque, de la Tunisie, de la Corée ainsi que l'amphithéâtre de la Place des Nations.

1968 à 1981

La poursuite du rêve

Entre 1968 et 1981, le site de l'Expo 67 devient l'exposition permanente Terre des Hommes, un évènement accueillant des expositions et des concerts en plein air avec des artistes de renom tels que Black Sabbath, Robert Charlebois, les Guess Who, James Brown ou Chuck Berry.

Ce site emblématique est également le théâtre de la première édition du Festival international de jazz de Montréal en 1980.

En 1968, le maire Jean Drapeau dévoile que l'ancien pavillon des États-Unis sera dorénavant connu sous le nom de « Biosphère » en lien avec l'exposition qui y prend place.

1976

L'héritage des Jeux

Montréal fait son entrée dans l'histoire en accueillant les premiers Jeux olympiques organisés au Canada. Un Bassin olympique de 2,2 kilomètres de long est aménagé sur l'île Notre-Dame dans le sens du fleuve afin de profiter des vents dominants.

Il est encore aujourd'hui reconnu comme le plus grand bassin artificiel d'aviron et de canoë-kayak en Amérique du Nord.

Les Jeux de 1976 marquent la première participation des femmes en aviron. John Wood permet au Canada de remporter une médaille d'argent à l'épreuve de canoë C-1 500 mètres.

1978

La légende du circuit

Le 10 octobre 1978, l'île Notre-Dame accueille l'étape canadienne du Championnat du monde de Formule 1. Dans les années qui suivent, un paddock, une tour de départ et un hôpital de course viennent s'ajouter dans le paysage du Parc.

Depuis, le circuit Gilles-Villeneuve est un incontournable des passionnés de course automobile, offrant chaque année l'expérience palpitante du Grand Prix du Canada. Il offre également aux cyclistes, patineurs et coureurs une infrastructure sportive unique et de haut calibre.

Le virage de l'épingle près de la passerelle du Cosmos est aujourd'hui une composante névralgique du circuit.

Saviez-vous que Gilles Villeneuve a remporté la première victoire de sa carrière lors du tout premier Grand Prix du Canada au Parc? La piste de course porte d'ailleurs aujourd'hui son nom.

1980

Fleurs en fête

Montréal accueille les premières Floralies internationales en Amérique du Nord. L'évènement rassemble plus de 700 horticulteurs locaux et internationaux qui aménagent l'île Notre-Dame selon les grandes traditions horticoles du monde.

Dans le secteur des jardins des canaux, le Parc se métamorphose en un jardin dédié aux compositions végétales de pays, provinces, villes et institutions, attirant l'admiration de plus de 2 millions de visiteurs. Au-delà de leur beauté, les créations jouent un rôle important dans la promotion de l'horticulture, la stimulation de la recherche, et la sensibilisation à l'écologie.

Aujourd'hui, l'ancien site des Floralies abrite toujours plus de 2 000 arbres de 90 espèces distinctes ainsi qu'une collection d'art public regroupant 12 sculptures. On y retrouve également plusieurs vestiges de l'exposition.

1983 à 2020

Féérie d'hiver

Le 29 janvier 1983 marque le début d'une tradition hivernale à Montréal : la toute première édition de la Fête des Neiges voit le jour. Pendant 37 éditions, cet évènement familial extérieur attire des milliers de visiteurs venant découvrir et célébrer ensemble les joies de l'hiver.

L'évènement avait sa propre mascotte connue sous le nom de Boule de neige.

1985

Pleins feux

Une nouvelle compétition voit le jour à La Ronde : le concours international d'art pyrotechnique de Montréal.

Désormais connu sous le nom de L'International des Feux Loto-Québec, l'évènement rassemble chaque année près de trois millions de spectateurs, ce qui en fait au Québec l'un des évènements les plus fréquentés.

1990

Un bain de nature

En intégrant les principes de développement durable, un programme de naturalisation du paysage est entrepris à travers le Parc, incluant l'enrochement des berges, la création d'un amphithéâtre naturel, mais aussi d'un parc-plage. Inspiré d'un concept de la côte ouest-américaine, il s'agit du premier projet au Canada à combiner le parc et la plage en milieu urbain.

La Plage est inaugurée en 1990, offrant aux visiteurs d'ici et d'ailleurs un oasis estivale nichée au cœur du fleuve. Depuis 2015, elle porte le nom du maire Jean Doré, l'initiateur du projet.

La plage Jean-Doré a été construite en moins d'un an et son aménagement a nécessité plus de 30 000 tonnes de sable.

1993

La fièvre du jeu

En février 1993 démarrent les travaux du plus grand casino du Canada. La maison de jeux est inaugurée le 9 octobre de la même année, attirant rapidement une foule dépassant les attentes. En 2013, une expansion est réalisée en ajoutant l'ancien Pavillon du Québec pour y construire le Cabaret du Casino.

Depuis, ce lieu prestigieux est passé maître en matière de divertissement et demeure l'une des grandes attractions touristiques de la Ville.

Installé dans l'ancien pavillon de la France d'Expo 67, le Casino a connu un succès tel qu'il a été agrandi et rénové à plusieurs reprises.

1999

En hommage à Jean Drapeau

Le Parc est renommé parc Jean-Drapeau en hommage à l'ancien maire de Montréal, Jean Drapeau, qui fut notamment à l'origine de l'Expo 67. En 2000, la station de métro de l'Île Sainte-Hélène est renommée station Jean-Drapeau.

Jean Drapeau détient le record de longévité en tant que maire de Montréal, avec 29 ans à la tête de la métropole.

En 2022, la station de métro Jean-Drapeau a enregistré plus de 1,2 million d'entrées.

2003 à aujourd'hui

Épicentre des grands festivals

Dès 2003, le Parc développe davantage sa vocation évènementielle avec l'organisation des Piknic Électronik. En 2006, le Parc accueille le premier festival Osheaga et organise les Week-ends du monde sur le parterre de l'île Sainte-Hélène.

Depuis, le Parc continue d'accueillir des évènements musicaux d'envergure tels qu'Osheaga, Piknic Électronik, Lasso et ÎleSoniq, consolidant ainsi sa réputation de scène incontournable de calibre international.

2005

Prêt pour la Fina

Le Complexe aquatique et ses piscines sont rénovés en vue d'accueillir la 11e édition du Championnat du monde de la Fédération internationale de Natation (Fina), devenant ainsi l'un des plus beaux et gros Complexes aquatiques en plein air au Canada.

La qualité des installations en fait une destination de choix, tant pour les familles et les nageurs de loisir que les évènements sportifs d'envergure.

2018

Élégance et prestige

L'année 2018 marque le début d'une nouvelle aventure sur l'île Notre-Dame avec la construction de l'Espace Paddock. Situé aux abords du circuit Gilles-Villeneuve, ce bâtiment se démarque par sa signature qui évoque l'esprit d'innovation de l'Expo 67.

En plus d'offrir une vue imprenable sur les courses du Grand Prix ainsi qu'une expérience inégalée aux athlètes, il sert d'espace locatif pour les grands évènements.

Le symbole en Y de Terre des Hommes est repris dans la structure de l'Espace Paddock, et la trame du plafond rappelle la Biosphère.

2019

Un amphithéâtre à ciel ouvert

L'Espace 67 voit le jour, dévoilant un amphithéâtre à ciel ouvert unique s'étendant entre la Biosphère et la sculpture emblématique Trois disques de Calder, offrant les gratte-ciels de Montréal et le fleuve en arrière-plan. Ce lieu enchanteur, polyvalent et flexible peut accueillir jusqu'à 65 000 personnes, ce qui en fait la scène la plus importante de Montréal pour les rassemblements extérieurs.

2020

Un Parc plus grand
que nature

Résultat d'un travail de fond qui a permis de repenser l'offre globale du Parc et guidé par la plus importante consultation publique de Montréal, le Plan directeur de conservation, d'aménagement et de développement du parc Jean-Drapeau 2020-2030 est déposé et adopté en avril 2021.

La vision : En 2030, le parc Jean-Drapeau s'est réinventé pour devenir un des parcs les plus emblématiques à l'échelle mondiale. Il est reconnu pour la diversité des expériences individuelles et collectives qu'il offre en rapport avec la nature, les paysages, l'histoire, la culture et le sport.

2021

À vos marques,
prêts, partez!

En 2021, le Marathon de Montréal prend son départ pour la première fois à l'Espace 67. Le nouveau parcours du plus grand évènement de course à pied au Québec permet ainsi aux coureurs, dès les premiers pas, de découvrir les charmes emblématiques de la Ville.

2024

150 bougies

Cette année, le parc Jean-Drapeau célèbre son 150e anniversaire en rendant un fier hommage à son héritage. Les festivités prévues pour l'occasion promettent de s'inscrire fièrement dans l'histoire du Parc en continuant de mettre de l'avant l'humain et le spectaculaire. Joignez-vous aux célébrations!

Joignez-vous aux célébrations!

Crédits photos

Voici les renseignements concernant les photos affichées sur cette page dont les droits d'auteurs n'appartiennent pas à la Société du parc Jean-Drapeau.

Archives de la Ville de Montréal 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17
Bibliothèque et Archives nationales du Québec 1 2 3 4 5 6
Gary Yee 1 2 3
Musée McCord Stewart 1